Les PR de la société civile africaine établissent une communauté de pratique

6. NOUVELLES
10 Oct 2016
Les PR se sont réunis à Nairobi pour partager leurs expériences

Les récipiendaires principaux (PR) de la société civile de toute l'Afrique se sont récemment réunis à Nairobi, au Kenya, dans le but de consolider leurs connaissances et leurs expériences collectives et établir une communauté de pratique formelle. Du 29 au 31 août, 65 participants, en provenance de 20 pays africains, ont démontré leur volonté de renforcer la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial au travers d’une plus grande collaboration et un apprentissage par les pairs. C’est la première fois qu'un tel groupe diversifié de PR de la société civile - du Libéria à la Somalie en passant par les Comores - se retrouvaient ensemble dans un même espace, autour d’un objectif commun.

 

La réunion a été organisée conjointement par le Fonds d'assistance technique pour l'Afrique orientale et australe (TSF ESA); la plate-forme régionale pour la communication et la coordination pour l'Afrique anglophone (hébergée par EANNASO); et l'équipe de soutien régional de l'ONUSIDA pour l'Afrique orientale et australe.

 

Depuis la série 8, le Fonds mondial demande aux pays de mettre en œuvre des subventions à l'aide d'un système de « financement à deux voies », où se retrouvent des PR gouvernementaux et ceux de la société civile. L'importance de la société civile pour le Fonds mondial continue d'être soulignée et institutionnalisée. « Vous avez fait le Fonds mondial », a déclaré John Ochero aux participants au cours de son discours d'ouverture de la réunion. John Ochero est le Responsable du portefeuille Kenya au Secrétariat du Fonds mondial. Après John Ochero, le Dr Henry Tabifor, du bureau de l'ONUSIDA au Kenya, a déclaré : « La société civile est le moteur du Fonds mondial. Elle assure que l'argent est utilisé. »

 

Le rapport du Fonds mondial 2012 sur les résultats (dernier rapport faisant état des résultats de performance de la subvention par type de PR), montre que les PR de la société civile avaient des performances souvent supérieures à la fois à celles des gouvernements et à celles du PNUD en tant que maître d’oeuvre. En 2011, 36% des PR de la société civile avaient une note A1 ou A2, alors que le PNUD n’en avait que 25% et  les PR gouvernementaux 22% (voir la figure).

 

Figure: Distribution cumulative des notes de rendement lors de l'examen de la subvention par type de récipiendaires principaux à la fin de 2011 (Fonds mondial, 2012)

Une vague de nouveaux PR de la société civile est arrivée avec le nouveau modèle de financement (NMF) en 2014, notamment parce que le NMF mettait l’accent à nouveau sur l’engagement de la société civile. Par exemple, le Botswana et le Swaziland ont tous les deux ajoutés des PRs de la société civile pour la première fois en 2014 (respectivement African Comprehensive HIV / AIDS Partnership et Co-ordinating Assembly of Non-Governmental Organisations). Les subventions dans ces pays avaient déjà été mises en œuvre par un seul PR gouvernemental. L’Afrique du Sud a ajouté deux nouveaux PR de la société civile en 2015, Kheth'Impilo et AIDS Foundation of South Africa.

Avec de nombreux nouveaux PR venant de la société civile, il est nécessaire de donner la priorité à la formation et aux espaces d'apprentissage pour ces nouveaux maîtres d’oeuvre. En 2015, la TSF ESA a mené une enquête auprès des PR de la société civile afin de déterminer leurs priorités en matière de renforcement des capacités. L'année suivante, les résultats d'une enquête d'évaluation des besoins menée par EANNASO a révélé que 33% des participants ont déclaré que les organisations de la société civile n’avaient pas toujours la capacité de mettre en œuvre d'importantes subventions, et 23% ont indiqué que trop de temps était consacré aux exigences d’établissement des rapports, qui restent des défis pour maîtres d’oeuvre de la société civile et des communautés. En avril 2016, le Fonds mondial a organisé un forum de rencontre régionale appelé “High Impact Afrique II”, à Maputo, au Mozambique, pour partager les expériences de mise en œuvre au niveau national.

 

Il y a un manque d'information pour les maîtres d’oeuvre de la société civile, en particulier les nouveaux PR. Vincent Titus de l’organisation Kheth'Impilo, nouveau PR en Afrique du Sud depuis 2015, a déclaré: « Il ne suffit pas d'avoir des manuels à disposition. Le Fonds mondial a l'obligation de nous aider à interpréter cette information ». L'atelier des PR de la société civile était une tentative de combler cette lacune. Dans un effort similaire, une série de Global Fund Community Guides ( Guides des communautés du Fonds mondial) a été publiée par EANNASO, afin de transcrire les politiques complexes du Fonds mondial en langue et formats plus accessibles.

 

Durant l'atelier, ont été organisées des sessions sur la gestion des sous-bénéficiaires, sur l’intégration des droits humains et du genre dans les subventions, sur la gestion des relations avec les intervenants clés, et la gestion des risques à travers un large éventail de problématiques.

 

Les PR de la société civile ont fait part de leurs opinions sur ce qui doit être fait pour que le financement à deux voies fonctionne pour les communautés. « Il ne s’agit plus d’aller vers les patients, mais d’aller vers ceux qui détiennent l'argent ! Ce n'est pas correct. Nous devons consolider les gains que nous avons faits en tant PR », a déclaré Michael Kachumi de Churches Health Association of Zambia (CHAZ). CHAZ est un PR du Fonds mondial depuis 2003.

 

Une partie importante de l'atelier a été consacrée à l'exploration des options d'assistance technique (AT) pour les PR de la société civile. Fait intéressant, la majorité des PR de la société civile qui ont assisté à l'atelier n’avait pas entendu parler du programme d’assistance technique à court terme du Fonds mondial - un pot de 4 millions de dollars au sein de l’Initiative spéciale relative à la Communauté, aux droits, et au genre (CRG). Le peu de connaissance de ce programme d’assistance peut s’expliquer par le fait que cette AT ne couvre pas la mise en œuvre des subventions, bien que les PR de la société civile soient en mesure d'accéder à cette AT au cours des phases de dialogue national, de développement des notes conceptuelles et des subventions. Des appels ont été faits pour que le Fonds mondial étende l’AT à court terme à la phase de mise en œuvre de la subvention.

 

Les participants à l'atelier se sont engagés à établir une communauté de pratique pour les PR de la société civile dans les pays africains anglophones afin de créer un espace plus formel leur permettant de poursuivre la mise en réseau et leur engagement mutuel. La communauté de pratique est prévue pour être basée au sein de EANNASO, en sa qualité d'hôte de la Plate-forme régionale pour la communication et la coordination pour l'Afrique anglophone (faisant partie de l’Initiative spéciale relative à la Communauté, aux droits et au genre du Fonds mondial). La communauté de pratique se réunira deux fois par mois pour les téléconférences virtuelles et des webinaires pour identifier et définir les questions et les problèmes clés auxquels les membres doivent faire face. Les membres chercheront également à développer un ensemble de ressources communes, y compris des questions/réponses, des expériences, des histoires, des outils et des moyens de régler les problèmes récurrents. Un forum annuel, en personne, viendra compléter les plates-formes virtuelles.

 

La communauté de pratique travaillera en étroite collaboration avec le Civil Society PR Network (CSPRN) existant, fonctionnant comme un sous-forum régional. Les co-présidentes du CSRPN (de Save the Children International et World Vision International) étaient toutes deux présentes lors de la réunion à Nairobi pour veiller à ce que la communauté régionale de pratique et le CSPRN puissent se soutenir mutuellement.

 

Si vous souhaitez rejoindre le réseau des PR de la société civile (CSPRN), réseau mondial de la société civile PR, contactez les co-présidentes du réseau: Barbara Reickhoff (brieckhoff@savechildren.org) et / ou Ann Claxton (ann_claxton@wvi.org).

 

Si vous voulez rejoindre la communauté d’Afrique anglophone de la pratique pour la société civile PR, contactez Olive Mumba: mumba@eannaso.org.

 

Légende: Deux nouveaux récipiendaires principaux de la société civile en Afrique du Sud, Kheth'Impilo (à gauche) et l'Institut Soul City pour la Santé et le développement de la communication (à droite), apprennent de Pact (au centre), un PR de la société civile expérimenté de Madagascar.

 

Légende: Les PR de la société civile (et quelques SR) de toute l'Afrique se rassemblent pour discuter des défis communs, trouver des solutions communes, et établir une communauté de pratique.

Share |

Leave a comment

Leave a comment