Soutiens

Aidspan a reçu la permission de citer publiquement les soutiens suivants.

« Félicitations pour votre travail de surveillance, qui nous aidera tous à obtenir de bons résultats dans la mise en œuvre de propositions du Fonds mondial. »

Rosemeire Munhoz, Coordonnatrice nationale de l'ONUSIDA, Burundi

« Quand j'ai rejoint le Fonds mondial, j'ai dévoré les anciens numéros de l'OFM pour mieux comprendre cette organisation incroyablement complexe. J'ai toujours trouvé l'OFM clair, honnête, et il a le cran de dire ce que bien des employés du Fonds aimeraient pouvoir dire. »

Ade Fakoya, Spécialiste du sida, Fonds mondial

« L'équipe de l'Observateur du Fonds mondial est très productive. Naturellement, nous vivons une époque à laquelle on pourrait sortir un numéro de l'OFM presque tous les jours. Dans le numéro 170, nous aimerions attirer votre attention sur les deux premiers commentaires. Une analyse expliquant pourquoi le Fonds mondial a annulé la 11e série de propositions, et une intervention savoureuse de Bernard Rivers dans laquelle il dit que le Fonds mondial fait preuve d'une grande transparence, sauf dans les situations où cela est vraiment important. »

David Hercot, Institut de médecine tropicale

« Pour les habitants des pays récipiendaires comme le Kenya, Aidspan est véritablement indispensable. Nous avons besoin de son avis pour surveiller comment l'argent est dépensé sur le terrain. Dans l'OFM, nous voulons lire ce qui se passe au Fonds mondial, car celui-ci évolue constamment. Les guides sont très utiles si vous devez former des gens qui découvrent l'univers du Fonds mondial. Je suis particulièrement ravie qu'Aidspan soit basée à Nairobi, dans une région où de nombreuses subventions sont mises en œuvre. »

Lucy Chesire, Directrice exécutive, Groupe d'action contre la tuberculose, membre suppléante du Conseil d'administration du Fonds mondial

« L'Observateur du Fonds mondial est lu par une grande partie du personnel de la Banque mondiale qui doit se tenir au courant des dernières évolutions du Fonds. »

Armin Fidler, Conseiller en politique et stratégie de santé, Banque mondiale

« Mon équipe utilise régulièrement l'Observateur du Fonds mondial ; c'est un outil très utile pour comprendre le fonctionnement du Fonds. »

Rebecca Stevens, Directrice des affaires publiques pour les initiatives contre le paludisme, Novartis

« Les activités de surveillance d'Aidspan ont eu un impact très important et ont été menées avec beaucoup de discrétion. »

– Dr Peter Piot, ancien Directeur exécutif de l'ONUSIDA

« L'Observateur du Fonds mondial est lucide, intelligent et critique. Il permet de faire comprendre à tout le monde les processus et la réalité du Fonds mondial. »

Stephen Lewis, ancien Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le sida en Afrique

« L'OFM est indispensable et indépendant. Il explique les problèmes complexes du Fonds mondial de manière concise, responsable et vivante. »

Dr Brian Brink, membre du Conseil d'administration du Fonds mondial représentant le secteur privé

« Financer le Fonds est une des priorités des militants de la lutte contre le sida, et depuis des années, nous dépendons des données et des analyses d'Aidspan. »

Dr Paul Zeitz, ancien Directeur exécutif de l'Alliance mondiale contre le sida

Certaines réalisations d'Aidspan sont mentionnées ci-dessous :

  • En 2002, Aidspan lance L'Observateur du Fonds mondial (OFM), un bulletin d'information électronique gratuit. Depuis cette date, plus de 250 numéros de l'OFM ont été publiés et les réactions montrent que l'OFM est la principale source extérieure d'informations sur le Fonds mondial pour les donateurs, les responsables de la mise en œuvre des programmes ainsi que d'autres parties prenantes.

  • Les rapports et les guides d'Aidspan sont gratuits et publiés en anglais, en français, en espagnol et en russe. Ils fournissent des informations détaillées et pratiques, des analyses et des conseils sur des questions complexes pour toutes les parties prenantes impliquées dans les processus du Fonds mondial au niveau des pays.

  • Depuis 2002, Aidspan a publié plus de 20 guides pour aider les différents acteurs à comprendre la complexité d'un modèle de financement de la santé en constante évolution.

  • Aidspan a révélé des détournements de subventions du Fonds mondial. En 2005, Aidspan a informé le Fonds mondial de faits de corruption au sein du ministère ougandais de la Santé. Le Fonds a mené une enquête et suspendu toutes les subventions jusqu'à ce que les procédures aient été améliorées. Le président ougandais a mis en place une commission d'enquête publique qui a conclu que trois ministres concernés − qui ont été démis de leurs fonctions − devaient rentre l'argent du Fonds mondial. L'Ouganda a ensuite créé un tribunal anticorruption. Entre l'année de sa création et 2009, le tribunal avait condamné deux personnes à des peines de dix ans d'emprisonnement pour vol de subventions provenant du Fonds mondial.

  • Les tables rondes organisées par Aidspan ont permis d'aborder des questions diverses. En 2007, les problèmes rencontrés par les récipiendaires des subventions du Fonds mondial pour bénéficier d'une assistance technique ont été abordés à l'occasion d'une de ces tables rondes. Une autre, organisée en 2008, s'est penchée sur les moyens possibles pour augmenter la portée des programmes. En 2013, une table ronde réunissant des observateurs locaux a débouché sur la création d'un nouveau réseau d'échange de pratiques appelé Africa Health Watch.

  • Du fait de sa position d'observateur indépendant, Aidspan a la possibilité d'exercer des pressions avec ses observations, ses analyses et ses rapports, tout en fournissant aux autres parties prenantes un ensemble de données probantes pour leur travail de plaidoyer. Durant la période tumultueuse qu'a connue le Fonds mondial de 2011 à 2013, Aidspan a rendu compte dans les détails des problèmes rencontrés et des efforts entrepris pour les résoudre, ainsi que de l'évolution du nouveau modèle de financement (NMF) du Fonds.

  • En avril 2012, Bernard Rivers a été invité à s'exprimer devant une commission parlementaire britannique sur le Fonds mondial. Dans une communication écrite, Aidspan a présenté des opinions fortes et documentées sur la situation du Fonds et les changements nécessaires pour en améliorer le fonctionnement.

  • Les rédacteurs d'Aidspan ont gagné le surnom « d'explicateurs ». Lorsque l'annonce a été faite du lancement du NMF, l'OFM a publié une édition spéciale. Cet article intitulé « Explication des principaux éléments du nouveau modèle de financement » a  été consulté plus de 15 000 fois sur le site web.

  • Aidspan a été invitée à faire partie des intervenants au prestigieux Sommet d'Open Government Partnership à Londres en 2013.

  • Aidspan continue à faire part de ses critiques au Fonds mondial en privé. Par exemple, Aidspan a souvent émis des critiques en privé concernant  l'accès aux données sur le site web du Fonds mondial, la qualité insuffisante de ces données et l'interprétation qui en est faite. Ces critiques ont été entendues par le Fonds et Aidspan a noté des améliorations dans ce domaine.

Pour plus de détails, se reporter aux articles de l'OFM sur www.aidspan.org/gfo.