Un nouveau rapport fait état d’améliorations du programme du Fonds mondial du Malawi pour les populations clés et vulnérables, qu’il attribue à la participation communautaire

3. RAPPORT
22 Jan 2019
Il reste des difficultés au niveau du suivi communautaire efficace de la mise en œuvre des subventions

Un nouveau rapport du Conseil international des ONG de lutte contre le sida (ICASO) révèle que le programme du Fonds mondial du Malawi s’est amélioré à différents égards au cours du cycle de financement 2017/2019. Le financement total sollicité pour les populations clés et vulnérables a augmenté de façon spectaculaire, et les paquets de services pour ces groupes ont été définis de manière plus détaillée. Selon le rapport, une procédure systématique et large de participation communautaire a contribué à ces changements positifs.

Et pourtant, le titre – Aucune responsabilisation de ce type n’est disponible sur le terrain – attire l’attention sur l’une des principales conclusions du rapport, à savoir qu’en dépit des nombreux points forts de la demande de financement et de son processus d’élaboration, il y a un manque d’initiatives de suivi communautaire destinées à assurer le suivi durant la mise en œuvre des subventions.

Aidspan a déjà publié un article sur la demande de financement 2017/2019 du Malawi au Fonds mondial (voir l’article du numéro 316 de la version anglaise de l’OFM de juillet 2017), ainsi que sur des études montrant que la participation communautaire aux procédures du Fonds mondial est particulièrement efficace dans ce pays (voir l’article du numéro 18 de l’OFM de septembre 2015).

Le rapport de l’ICASO couvre cinq dimensions principales du processus d’élaboration de la demande de financement 2017/2019 au Malawi : 1) le montant du financement sollicité pour les interventions axées sur les communautés, 2) la qualité de la conception des programmes, 3) l’inclusion de priorités élaborées autour des communautés, 4) les perspectives de représentants des communautés et 5) une feuille de route de bonnes pratiques reposant sur les leçons tirées. Le rapport se termine par un ensemble de recommandations pour différentes parties prenantes.

Financement accru pour les populations clés et vulnérables du Malawi

Au total, la somme de 10,28 millions de dollars a été demandée pour les programmes de prévention chez les travailleurs du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) et les prisonniers durant le cycle 2017/2019, contre 1,23 millions de dollars pour le cycle 2014/2016 (Figure 1). Le montant du financement destiné aux adolescents et aux jeunes a également augmenté de façon spectaculaire. Le Malawi est l’un des 13 pays considérés prioritaires par le Fonds mondial pour une intensification des investissements dans les adolescentes et les jeunes femmes (voir l’article de l’OFM de février 2017).

Figure 1. Comparaison des financements totaux sollicités dans les demandes de financement 2014/2016 et 2017/2019 du Malawi (certains modules)

Pour le renforcement des systèmes communautaires, on observe une diminution significative des crédits demandés. Les informateurs clés cités dans le rapport suggèrent une pression exercée par l’instance de coordination nationale en vue de se concentrer plutôt sur les ressources humaines et la sécurité des produits. Cette relégation au second plan du renforcement des systèmes communautaires est liée à la principale conclusion du rapport, selon laquelle il y a un besoin criant d’améliorer le suivi communautaire au Malawi.

À la 39e réunion du Conseil d’administration du Fonds mondial en mai 2018, une mise à jour sur la mise en œuvre de la stratégie soulignait le financement limité du renforcement des systèmes communautaires dans les subventions. Les fonds consacrés à ces interventions constituent à peine 5 pour cent du financement approuvé pour la mise en place de systèmes résistants et pérennes pour la santé (SRPS). La mise à jour indique que le Fonds mondial poursuit les échanges internes en vue de parvenir à un consensus sur la valeur ajoutée des mécanismes communautaires de suivi et de retour d’information.

Paquets de services plus complets

Outre le financement accru en faveur des populations clés et vulnérables pour le cycle 2017/2019, on observe également de nettes améliorations au niveau de la qualité des programmes au Malawi. Le rapport contient un tableau comparatif présentant les énoncés spécifiques des demandes de financement de 2014/2016 et 2017/2019 concernant les modules clés axés sur les communautés.

Les cibles d’atteinte relatives aux travailleurs du sexe et aux HSH ont augmenté significativement de manière à accroître l’accès aux services. La subvention vise à couvrir 6 000 travailleurs du sexe et 3 600 HSH au moyen d’un paquet exhaustif, contre 2 000 et 1 350 respectivement au cours du cycle précédent. Ces programmes visant les populations clés passent expressément de paquets de services partiels à des paquets complets, ainsi que d’une approche de prestation fragmentée à une approche de type guichet unique.

Pour les adolescentes et les jeunes femmes, la demande de financement 2017/2019 mentionne explicitement un centrage sur la qualité plutôt que sur la quantité, la réduction des cibles d’atteinte afin d’élargir et améliorer la portée du paquet de services offerts. Des éléments structurels sont introduits pour elles, notamment des activités destinées à s’attaquer à la violence sexiste, à maintenir les filles scolarisées et à renforcer leurs perspectives économiques.

Le rapport s’inquiète de ce que, contrairement à d’autres modules, le module sur les ripostes et systèmes communautaires (auparavant appelé renforcement des systèmes communautaires) n’est pas suffisamment spécifique et il lui manque des considérations clés relatives aux droits humains et aux questions de genre.

Inclusion des priorités communautaires dans la demande de financement

La priorisation des aspects communautaires et les efforts de plaidoyer sont liés aux améliorations du financement demandé et de la qualité des programmes pour les modules clés. Avec le soutien de l’ICASO, un vaste processus de dialogue consultatif au niveau du pays a été mené par le réseau malawien d’organisations de services liés au sida (MANASO) et le vice-président de l’instance de coordination nationale, qui représente la société civile. Un ensemble de priorités communautaires a été documenté dans le cadre de ce processus.

Sur les 26 priorités fixées par les communautés durant le dialogue dans le pays, 16 ont été soit partiellement soit pleinement reprises dans la soumission finale au Fonds mondial (Tableau 1). Bon nombre des priorités relatives aux populations clés et vulnérables ont été incluses. Cependant, les priorités liées au suivi des ruptures de stock de traitements, à l’élaboration de fiches de suivi communautaire, à la réalisation du suivi stratégique communautaire et à la transmission de l’information de suivi aux communautés n’ont pas été pleinement adoptées.

 

Tableau 1. Inclusion des priorités communautaires dans la demande de financement au Fonds mondial du Malawi (2017/2019)
Priorité communautaire Niveau d’inclusion dans la demande de financement
Augmentation de l’éducation et de la distribution de préservatifs Partiellement incluse
Réduction de l’incidence du VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes au travers du dépistage et du traitement des partenaires sexuels potentiels (hommes 15-40) et de la prévention primaire Incluse
Création d’un milieu de travail propice pour les travailleurs du sexe (sûreté et sécurité) Pas incluse
Soutien à l’observance du traitement anti-VIH pour les travailleuses du sexe Pas incluse
Accès au traitement anti-VIH pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes Incluse
Services pour la population carcérale, y compris la fourniture de préservatifs dans les prisons Partiellement incluse
Services pour les populations marginalisées, y compris les femmes et les personnes handicapées Partiellement incluse
Réduction de la stigmatisation à l’égard des personnes vivant avec le VIH Pas incluse
Formation des agents de santé aux populations clés et aux droits humains Pas incluse
Atteindre les populations clés en matière de dépistage du VIH Incluse
Intensification des services de dépistage du VIH dans les zones rurales Pas incluse
Services communautaires de dépistage du VIH Pas incluse
Participation masculine en vue d’augmenter le dépistage du VIH chez les hommes Incluse
Placement de matériel CD4 dans les établissements de santé ruraux Pas incluse
Suivi de la suppression de la charge virale Partiellement incluse
Augmentation de la technologie de diagnostic pour réduire le temps de diagnostic de la tuberculose Incluse
Déploiement de l’approche « dépister et traiter », parallèlement au dépistage de la tuberculose Partiellement incluse
Augmentation du nombre d’agents de santé communautaires Partiellement incluse
Mise en relation des communautés et des centres de santé en vue d’augmenter les orientations de patients Incluse
Participation des organisations à assise communautaire aux prestations de services Partiellement incluse
Orientation des organisations communautaires en matière de création de demande de dépistage du VIH Pas incluse
Communiquer l’information sur les résultats des subventions aux communautés et aux bénéficiaires Pas incluse
Harmonisation des interventions en matière de suivi stratégique communautaire des établissements de santé Pas incluse
Réunions de coordination aux niveaux national et des districts Partiellement incluse
Plaidoyer fondé sur des faits avérés au moyen de fiches de suivi communautaire Partiellement incluse
Suivi des ruptures de stocks et des malversations Partiellement incluse

 

Un dialogue au niveau du pays plus inclusif, des lacunes dans le suivi des subventions

Pour aider à expliquer les réussites et les défis mentionnés plus haut, le rapport donne les perspectives de 13 informateurs clés interviewés.

Les informateurs lient les améliorations du programme du Fonds mondial du Malawi à une procédure concrète d’établissement des priorités, dirigée par MANASO et les représentants de la société civile au sein de l’instance de coordination nationale, et menée au travers d’un dialogue large et inclusif dans le pays. D’après un informateur clé d’un organisme-cadre :

« Désormais [en 2017], nous étions en mesure d’aller au-delà de Lilongwe. Nous pouvions aller au niveau infranational. Les gens sur le terrain – ceux qui sont au niveau des organisations communautaires – pouvaient faire entendre leur voix dans le cadre de la nouvelle subvention. Nous étions en mesure d’élargir les circonscriptions. Nous incluions les populations clés, les travailleuses du sexe, les prisonniers, les femmes et les jeunes. Pour l’autre série [en 2015], ce n’était pas exhaustif et à présent, nous avons pu obtenir l’apport de ces groupes, ce qui est vraiment important [pour ce qui est inclus dans la subvention]. »

Cependant, il reste des lacunes significatives. Un informateur clé de la Commission nationale du sida signale la nécessité d’accroître les capacités de la société civile et le soutien au suivi communautaire :

« En raison du manque de capacité des organisations de la société civile à vérifier la responsabilité des récipiendaires principaux, des sous-récipiendaires et des sous-sous-récipiendaires – s’ils assurent une mise en œuvre correcte sur le terrain – la transparence et la responsabilisation sont également très faibles. Du fait de cette faiblesse, cette responsabilisation n’est pas disponible sur le terrain. »

L’accent que met le rapport sur la nécessité d’un meilleur suivi communautaire coïncide avec une déclaration de novembre 2018 du Forum consultatif national de la société civile du Malawi pour le Fonds mondial. Les 19 organisations de la société civile signataires de cette déclaration appellent à davantage de surveillance de l’utilisation des ressources du Fonds mondial au Malawi. Des rapports récents du Bureau de l’Inspecteur général (BIG) émettaient des préoccupations semblables concernant la responsabilisation (voir l’article du numéro 303 de la version anglaise de l’OFM de janvier 2017 sur l’audit 2017 du BIG et l’article du numéro 49 de l’OFM de septembre 2017 sur l’enquête de ce dernier sur les vols de médicaments).

Un autre thème partagé du rapport de l’ICASO et de la déclaration du Forum consultatif est la nécessité de flexibilité de sous-subventions, de manière à ce que les organisations communautaires locales puissent accéder aux ressources du Fonds mondial.

Manières d’améliorer la responsabilisation

Sur la base des leçons tirées, le rapport de l’ICASO conclut par un appel aux communautés du Malawi à maintenir leur participation tout au long du cycle de financement, en particulier durant la mise en œuvre des subventions. Les recommandations visent la société civile, les partenaires techniques, les membres de l’instance de coordination nationale et le Secrétariat du Fonds mondial.

Le rapport invite les partenaires à investir dans le renforcement du suivi, de l’évaluation, du suivi stratégique et des mécanismes de gestion des connaissances de MANASO, l’organe principal de coordination des organisations de la société civile. Les auteurs suggèrent que les membres de l’instance de coordination nationale identifient des manières innovantes de fournir des retours d’information à leurs circonscriptions, notamment des systèmes électroniques. Le rapport se tourne également vers l’avenir, recommandant que le Fonds mondial veille à ce qu’il y ait un délai suffisant entre l’envoi des lettres d’allocation et les dates limites de soumission, de manière à ce que les communautés puissent participer de manière rigoureuse et significative à l’élaboration de la demande. L’envoi des lettres d’allocation pour le cycle de financement 2020/2022 est anticipé vers la fin de 2019.

Gemma Oberth et Emma Gausi sont les coauteurs du rapport de l’ICASO. Gemma est conseillère politique auprès de l’ICASO, basée au Cap, en Afrique du Sud. Emma est consultante indépendante, basée à Lilongwe.

Déclaration : Gemma est également consultante directement auprès du Fonds mondial, appuyant l’Initiative stratégique sur les questions liées aux communautés, aux droits et au genre. Aidspan en a été informé et n’a pas considéré ce fait comme constituant un conflit d’intérêts compte tenu de la contribution non rémunérée de l’auteur à l’OFM en vue de faire connaître les conclusions du rapport.


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment