Le GTRE fait des recommandations pour améliorer le renforcement des systèmes de santé

2. ARTICLES COURTS
13 Jan 2016
Le Secrétariat va préparer un plan de travail pour mettre en oeuvre ces recommandations
Le Groupe Technique de Référence en Evaluation a rédigé un document de synthèse sur le renforcement des systèmes de santé dans lequel il fait un certain nombre de recommandations. Le Secrétariat doit préparer un plan de travail assorti d’échéances pour mettre en oeuvre ces recommandations.
 
Le plan de travail sera présenté à la prochaine réunion du Comité de la Stratégie, des Investissements et de l’Impact (en anglais SIIC), qui se tiendra probablement en février ou mars 2016. Ce processus aboutira à une approche améliorée du RSS et nourrira la Stratégie du Fonds mondial pour 2017-2022.
 
Contexte
Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a reconnu le rôle clé que le renforcement des systèmes de santé joue dans la lutte contre le VIH, la TB et le paludisme. Jusqu’à présent, il a investi plus de 2 milliars de dollars dans le RSS, soit à travers des subventions RSS soit à travers des activités RSS incluses dans les subventions VIH, TB ou paludisme. Le financement du RSS a débuté de manière timide dans les premiers cycles de financement et a évolué vers un concept transversal afin de résoudre les problèmes dans les systèmes de santé qui ont un impact négatif sur les trois maladies.
 
L’épidémie d’Ebola a dévoilé à quel point il était important d’avoir un système fort et solide dans le cadre duquel les communautés peuvent répondre aux urgences sanitaires qui émergent. Les expériences des pays touchés par Ebola a montré de quelle manière les pays pouvaient être soutenus pour renforcer leur système de santé.
 
Avec l’introduction du nouveau modèle de financement, le Fonds mondial a revu son approche du RSS dans le but d’optimiser l’impact de ses investissements. La nouvelle approche a été présentée dans la Stratégie du Fonds mondial 2012-2016 et expliquée dans un récent document de réflexion publié par le Secrétariat.
 
L’accent dans ce document est mis sur la construction de systèmes de santé résilients et durables. Sept approches principales sont présentées pour construire ce type de système dont la nécessité de soutenir les stratégies de santé nationales et la prestation de soins intégrés, le renforcement des réponses communautaires, l’implication des communautés dans les processus de décision au niveau national et l’adaptation des investissements aux besoins spécifiques de chaque pays.
 
Le NMF a connu une augmentation importante (par rapport au système fondé sur les cycles) dans les demandes de financement et dans les approbations de programmes RSS transversaux. Cependant, les examens des notes conceptuelles par le Groupe d’Examen Technique ont mis en évidence la qualité variable des proposition RSS (voir les articles de l’OFM ici et ici), notamment en ce qui concerne le fait de s’assurer que les mécanismes de soutien et les processus sont opérationnels au niveau du pays.
 
Examen thématique
Face à cela, le GRTE a demandé au Groupe Euro Health de conduire un examen thématique dans une douzaine de pays ayant connu un certain succès dans leurs investissements dans les systèmes de santé et d’identifier les leçons à tirer pour mieux définir les investissements futurs du Fonds mondial dans ce domaine. L’examen s’est concentré sur quatre thèmes qui avaient été identifiés comme des paramètres importants influençant la qualité des propositions et la mise en oeuvre.
 
Les quatre thèmes sont listés ci-dessous, ainsi qu’un résumé des principales conclusions des consultants.
 
Coordination, alignement et harmonisation. Un leadership solide de la part du gouvernement est requis pour garantir que les activités RSS sont coordonnées et alignées sur les priorités nationales. Un manque de coordination des investissements RSS mène à la fragmentation des activités et à leur duplication.
 
Assistance technique. Même dans les pays qui ont réussi à renforcer leur système de santé, il n’existe pas d’approche systématique pour identifier les besoins en assistance technique, ni pour évaluer quel type d’assistance technique est disponible pour le RSS, ou encore pour coordonner le contenu de l’assistance technique et évaluer sa qualité. Une assistance technique bien coordonnée est cruciale pour mobiliser les parties prenantes à travailler ensemble à renforcer la capacité des pays. Le manque d’approche systématique met en péril le concept de RSS transversal.
 
Mécanismes de financement. Un financement groupé et l’utilisation de mécanismes de financement conjoints par les bailleurs de fond améliore la coordination des investissements RSS et réduit la fragmentation et la duplication.
 
Suivi et évaluation. Des évaluations systématiques et rigoureuses peuvent aider à réduire les dépenses inutiles et améliorer la qualité des programmes.
Les consultants ont aussi observé que l’utilisation de notes conceptuelles intégrées dans lesquelles les pays combinent en une seule les requêtes pour les trois maladies et un RSS transversal, entraîne une meilleure qualité des programmes, plus d’efficacité et d’impact.
 
Les recommandations du GRTE
Sur la base de ces conclusions et d’autres contributions, le GRTE a lui-même fait plusieurs recommandations dont la plupart sont décrites ci-dessous.
 
1. Le Fonds mondial devrait jouer un rôle plus actif dans la promotion des soins de santé universels. Ces principes sont des programmes soutenus par le Fonds et dans son effort de construction de systèmes de santé résilients et durables. Le Fonds mondial est bien situé pour mobiliser les partenaires bilatéraux et internationaux autour de cette question.
 
2. Le Fonds mondial devrait également utiliser son influence pour inciter les partenaires à collaborer pour harmoniser les directives concernant les investissements en RSS. Cela pourrait mener à harmoniser les échéances des demandes de financement RSS, les processus d’examens et les documents utilisés.
 
3. Le Fonds mondial devrait renforcer la capacité des équipes pays en matière de RSS. Les équipes jouent un rôle clé dans le dialogue pays et les processus d’élaboration des notes conceptuelles. Il est donc logique de garantir que les membres de l’équipe pays soient bien informés sur les questions relatives aux systèmes de santé. Si le Secrétariat a développé des programmes de formation en ligne sur le VIH, la TB, le paludisme et le RSS, leur utilisation demeure faible.
 
4. Le Fonds mondial devrait recourir le plus possible aux partenariats stratégiques. Cela inclut de soutenir et faciliter les mécanismes au niveau des pays pour permettre aux partenaires de développement de coordonner leurs activités afin qu’elles soient alignées sur les priorités nationales. Une manière pour le Fonds mondial de travailler avec les partenaires est d’identifier les maîtres d’oeuvre techniques qui sont bien établis dans les pays clés, les domaines d’expertise pertinents pour la mission du Fonds et de développer des mécanismes contractuels pour les impliquer dans le contenu de l’assistance technique. Cela peut avoir lieu dans le cadre de l’accord déjà existant avec l’Organisation mondiale de la Santé ou séparément. 
 
5. Le Fonds mondial devrait développer une politique sur les approches différenciées des investissements RSS afin de garantir que les directives actuelles sont appliquées de manière systématique.
 
6. Le Fonds mondial devrait augmenter le soutien aux pays pour développer des notes conceptuelles intégrées.
 
7. Le Fonds mondial devrait promouvoir l’utilisation du dialogue pays pour optimiser les investissements dans le RSS. Lorsque le Fonds communique aux pays le montant de leur allocation, il suggère une répartition pour le VIH, la TB, le paludisme, mais pas pour le RSS. Puisque la plupart des programmes de lutte contre les maladies sont sous-financés, les pays sont réticents à prendre de l’argent de ces programmes pour soutenir le RSS. Le Fonds doit les encourager de manière plus active à consacrer des ressources au RSS issues des autres allocations.
 
8. Le Fonds mondial devrait établir un mécanisme pour évaluer systématiquement les investissements RSS, car le besoin se fait cruellement sentir. Les évaluations pourraient être conduites conjointement avec les examens des programmes nationaux de lutte contre les maladies afin de mieux cerner les problèmes et l’impact des investissements sur les systèmes de santé.
 
9. Le Fonds mondial devrait s’ouvrir aux approches innovantes, comme l’établissement d’un groupe de travail inter-agences de coordination RSS pour servir de plateforme de mise en oeuvre des principales recommandations du rapport du GRTE et pour fournir un cadre de travail pour les partenaires RSS au niveau des pays.
 
Le plan de travail actuellement élaboré par le Secrétariat est censé être discuté à la prochaine réunion du SIIC puis modifié sur la base des contributions du comité. Il n’est pas certain que le plan de travail lui-même nécessité l’approbation du Conseil d’administration. Dans tous les cas, la nouvelle Stratégie pour 2017-2022 doit décrire en termes généraux l’approche du Fonds. La nouvelle Stratégie doit être adoptée à la prochaine réunion du Conseil d’administration les 27-28 avril 2016.
 
Note de la Rédaction: Les deux rapports cités dans cet article - l’examen thématique conduit par le Groupe Euro Health et le document de réfléxion du GRTE – ne sont pas disponibles sur le site du Fonds mondial. Ces deux rapports ont été rédigés pour apporter une contribution à la réunion du SICC en octobre 2015. Le Secrétariat a déclaré à l’OFM qu’il était possible de parler du contenu de ces rapports mais qu’ils ne seraient pas rendus publics.
 

Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment