Le Fonds mondial, parmi les partenaires de développement les mieux notés par les pays bénéficiaires

9. ARTICLES COURTS
15 Feb 2016
L’organisation interagit plus d’une fois par mois avec ses interlocuteurs dans les pays

Le Fonds mondial se classe en tête des partenaires de développement (donateurs) en terme d’influence, de fréquence de la communication et de conseils utiles dans les pays bénéficiaires, selon un rapport d’AidData daté d’octobre 2015.

Cette étude explore le point de vue de 6750 décideurs politiques et professionnels de santé issus de 126 pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Ces derniers ont évalué les performances de leurs donateurs, leur influence sur les réformes nationales et l’élaboration des priorités, l’utilité de leurs conseils ainsi que la fréquence de leurs interactions.

AidData est un laboratoire d’innovation et de recherche qui vise à rendre plus accessibles les données de financement du développement afin d’améliorer la transparence et l’efficacité. Dans ce rapport intitulé « Ecouter les décideurs : quels donateurs préfèrent-ils ? », les auteurs ont cherché à répondre à trois questions clés :

  • Comment les décideurs politiques évaluent-ils la performance des donateurs qui visent à soutenir les réformes ?
  • Dans quelle mesure cette performance est-elle renforcée ou amoindrie par les spécificités des pays bénéficiaires ? (quelle est la souplesse de cette aide)
  • Y a-t-il des paramètres qui renforcent l’influence et l’utilité des donateurs du point de vue des décideurs politiques du secteur public qui cherchent à prioriser et mettre en œuvre les réformes ?

Le Fonds mondial est le donateur qui communique le plus fréquemment avec ses interlocuteurs dans les pays, (plus d’une fois par mois comparé à moins d’une fois par mois pour l’Union Européenne et les Etats-Unis notamment et moins de deux à trois fois par an pour la Turquie, le Canada ou encore l’Iran), suivi de près par le Programmes des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et GAVI Alliance. Le Fonds mondial est classé troisième en terme de conseils utiles apportés aux pays. Ce résultat évalue l’utilité des conseils par rapport (1) à leur alignement sur les priorités nationales ; (2) au fait qu’ils contiennent des solutions pratiques et (3) à leur capacité à aider les gouvernements à mieux identifier quels sont les problèmes dans leurs politiques.

L’organisation est classée 7ème en matière d’influence sur l’élaboration des priorités et 4ème pour la mise en œuvre des réformes (après l’Irlande, Gavi et le Fonds Monétaire International).

Selon l’étude, les agences multilatérales avec un objectif thématique sont en général considérées comme les plus utiles dans la mise en œuvre des réformes et les pays sont ouverts à recevoir des conseils plus en amont, durant le processus de décision lorsque ces réformes mises en place avec le soutien d’un partenaire sont réussies. Autre conclusion intéressante, plus le donateur s’aligne sur les priorités des pays plus son niveau d’influence augmente.


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment