Le Conseil d’administration du Fonds mondial nomme Aida Kurtović Présidente et l’Ambassadeur John Simon Vice-président

2. NOUVELLES
11 May 2017
Mme Kurtović était la Vice-présidente sortante

À l’occasion de sa 37e réunion, qui s’est tenue à Kigali (Rwanda) les 3 et 4 mai, le Conseil d’administration du Fonds mondial a nommé Mme Aida Kurtović et l’Ambassadeur John Simon Présidente et Vice-président du Conseil respectivement, tous deux pour un mandat de deux ans qui a commencé dès la clôture de la 37e réunion.

Mme Kurtović est la Vice-présidente sortante du Conseil d’administration. Son mandat de Vice-présidente arrivait à échéance à la fin de la 37e réunion du Conseil, tout comme celui de M. Norbert Hauser, le Président sortant.

Le bloc des maîtres d’œuvre a nommé Mme Kurtović au poste de Présidente, et celui des donateurs a pour sa part désigné l’Ambassadeur Simon pour le poste de Vice-président. Cela répond à la tradition selon laquelle ces postes sont attribués tous les deux ans en alternance à des personnes issues du bloc des maîtres d’œuvre et du bloc des donateurs, qui apportent avec elles leur expérience de ces sphères. Le Président sortant, M. Hauser, était issu du bloc des donateurs.

Le bloc des maîtres d’œuvre et celui des donateurs ont tous deux conçu leur propre procédure de nomination.

Aida Kurtović a occupé plusieurs positions dans l’univers du Fonds mondial. Avant d’occuper la vice-présidence du Conseil d’administration de mai 2015 à ce jour, elle a également siégé au Conseil en tant que représentante de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale de mai 2012 à avril 2014. Avant cela, elle était membre de la délégation de cette même région au Conseil d’administration. Mme Kurtović a également siégé à des comités du Conseil d’administration, et a été membre de l’instance de coordination nationale de la Bosnie.

Depuis 2009, Mme Kurtović est la Directrice exécutive de Partnerships in Health, une organisation basée à Sarajevo qui a pour mission d’aider les institutions à renforcer leurs capacités et à améliorer de façon pérenne la qualité des services de santé de base et essentiels, transformant ainsi la vie des populations vulnérables.

Aida Kurtović

Les deux candidats ont été invités à rédiger une « lettre de motivation » à l’appui de leur candidature. Dans sa lettre de motivation, Mme Kurtović déclare que les changements internes au sein du Fonds mondial, ainsi que les changements radicaux dans le contexte politique, soulignent l’importance de pouvoir s’adapter aux environnements en évolution rapide. « Nous ne pouvons pas arrêter le changement, nous pouvons uniquement essayer de le façonner et nous adapter en conséquence », écrit-elle.

Mme Kurtović indique que ses priorités pour son mandat de Présidente « consistent à continuer de renforcer le Conseil d’administration, à renforcer l’impact et la pérennité de la riposte aux trois maladies, et à renforcer les systèmes de santé et communautaires tout en se concentrant sur les droits de l’Homme, les questions de genre et les populations clés touchées ».

Mme Kurtović se dit « absolument convaincue qu’en mettant en pratique un ensemble commun de valeurs – intégrité, respect, passion, collaboration et efficacité – nous pouvons, ensemble, changer le cours des trois maladies, renforcer les systèmes de santé et communautaires, soulager les souffrances et sauver des vies. Les investissements du Fonds mondial dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme sont des investissements dans un monde meilleur. C’est [là] mon ambition. »

John Simon
John Simon

Selon le site Web de Total Impact Capital, où il travaille actuellement, M. Simon a occupé diverses positions au gouvernement fédéral des États-Unis au fil des ans, notamment celle d’assistant spécial du Président et d’administrateur principal en charge du secours, de la stabilisation et du développement au Conseil national de sécurité de la Maison Blanche. Au Conseil national de sécurité, M. Simon a supervisé la mise en œuvre de plusieurs initiatives de développement pionnières, notamment le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le sida (PEPFAR), l’Initiative présidentielle pour lutter contre le paludisme (PMI), le fonds Millenium Challenge Account et l’Initiative d’allègement de la dette multilatérale.

Plus récemment, M. Simon a été Ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union africaine et Vice-président exécutif d’Overseas Private Investment Corporation (OPIC). Chez OPIC, il a dirigé les efforts de mise au point d’une série de fonds de développement social pour l’Afrique.

M. Simon est actuellement partenaire fondateur de TOTAL Impact Capital, qui se spécialise dans l’identification et le développement d’opportunités d’investissement privé socialement et financièrement intéressantes.

Dans sa lettre de motivation, l’Ambassadeur Simon explique qu’il a l’intention de tirer parti de ses connaissances et de son expérience pour plaider efficacement en faveur du Fonds mondial. Il se dit particulièrement motivé par cette occasion de « travailler avec le chef de file mondial de la lutte contre les maladies contre lesquelles j’ai moi-même passé le plus clair de ma carrière à lutter, une organisation qui a du reste un impact si positif dans ce domaine ».

« Je reconnais que nous devons à tout moment mettre l’accent sur les personnes qui ont besoin de notre soutien de par le monde », affirme M. Simon, « et veiller à ce que leurs préoccupations et leur voix reçoivent l’écoute et la considération nécessaires au travers du programme du Conseil d’administration que nous mettons en œuvre ».

Selon les mandats modifiés que le Conseil d’administration a approuvés à sa réunion des 3 et 4 mai pour les postes de Président et Vice-président, ceux-ci décideront de commun accord lesquelles des responsabilités définies dans leur mandat seront assumées par la Présidente et lesquelles seront déléguées au Vice-président.

Les mandats modifiés indiquent toutefois clairement que le Président ou la Présidente prend sur sa personne la responsabilité de veiller à ce que la direction du Conseil d’administration s’acquitte de ses obligations, et est le porte-parole du Fonds mondial en termes de mobilisation de ressources et d’autres questions de plaidoyer.

Commentaire d’Aidspan :

Il s’agit ici d’une situation gagnante à la fois pour le Conseil d’administration et pour le Fonds mondial. Mme Kurtović apporte expérience et continuité, et M. Simon a un profil de premier plan aux États-Unis, ce qui devrait s’avérer un atout au moment de convaincre l’administration américaine actuelle de ne pas réduire sa contribution au Fonds mondial. Les États-Unis sont de loin le plus grand donateur du Fonds mondial.


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment