L’initiative ITP s’attaque aux problèmes relatifs à la mise en oeuvre des subventions dans 20 pays

5. REPORTAGE
21 Dec 2016
L'objectif est d'atténuer les obstacles, d'accroître l'efficacité et l'impact

 

Au cours de l'année écoulée, le Fonds mondial et plusieurs de ses organisations partenaires ont collaboré activement au projet Implementation through Partnership (ITP) pour aider les pays qui rencontrent des difficultés à mettre en œuvre les subventions. Parmi les problèmes rencontrés on relève des retards au démarrage des subventions; des subventions en retard; et des difficultés à absorber l'ensemble du financement qui a été attribué.

(Cet article donne un aperçu du projet ITP. Pour en savoir plus sur le fonctionnement du projet dans un des pays participant au programme, le Niger, voir l'article spécifique dans ce numéro.)

Le projet ITP vise à atténuer les blocages, à accroître l'efficacité et l'efficience opérationnelles et, en fin de compte, à maximiser l'impact par le biais de l’appropriation partagée et de la responsabilité mutuelle.

Le projet est mis en œuvre dans 20 pays en collaboration avec les partenaires suivants: des entités gouvernementales des États-Unis, de France et d'Allemagne; et des entités multinationales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'ONUSIDA, le Partenariat Halte à la tuberculose, l'UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates et Gavi.

L’ITP se concentre sur 20 pays qui ont reçu des allocations supérieures à 150 millions de dollars et ont satisfait à un ou plusieurs des critères suivants:

  • Les taux historiques d'absorption des fonds (dépenses par rapport au budget 2010/2014) inférieurs à 70%; et

  • Augmentation de plus de 50% des dépenses annuelles requises; et

  • Les décaissements de subventions prévus pour la période 2015 (deuxième trimestre) à 2017 laissant entendre que plus de 20% de l'allocation du pays demeurera non décaissée à la fin de 2017.

Les 20 pays sont l'Afrique du Sud, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Ghana, la Guinée, l'Inde, le Kenya, le Malawi, le Mali, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, l'Ouganda, le Pakistan, le Soudan du Sud, la Tanzanie, et le Tchad. Pour chacun de ces pays, l’ITP a engagé le pays, les partenaires et le Fonds mondial dans un dialogue qui a évalué conjointement la situation dans le pays et a donné la priorité et a coordonné l'assistance technique supplémentaire nécessaire.

Le projet, qui a débuté en octobre 2015 et doit s'étendre jusqu'en décembre 2016, comporte cinq phases que le Fonds mondial appelle des étapes. Pour une description des étapes et des échéanciers correspondants voir le tableau ci-dessous.

Tableau: Étapes et calendriers de l’ITP






Étape 1

Étape 2

Étape 3

Étape 4

Étape 5

Analyse approfondie du pays réalisée

Actions identifiées et priorisées

Mobilisation et coordination du soutien technique finalisés

Actions mises en œuvre dans le pays, suivi des résultats

Résultats obtenus, apprentissage rationalisé

Octobre - décembre 2015

Janv. - fév. 2016

Mars - décembre 2016

 

Les étapes 1 à 3 sont terminées. Les étapes 4 et 5 sont en cours.

Description du processus

Le processus de l’ITP a commencé par un engagement inclusif et large des partenaires et pays dans une analyse et un dialogue communs. Grâce aux commentaires des partenaires, des pays et des équipes pays du Fonds mondial, les questions identifiées ont été affinées et classées, par ordre de priorité, en actions spécifiques, limitées dans le temps et mesurables, pour lesquelles un soutien supplémentaire était nécessaire.

Les actions comprennent le leadership politique et le plaidoyer, lorsque les difficultés pourraient être atténués par le biais de messages de haut niveau de la part et en direction du leadership national; un soutien soutenu, lorsque l'action est en cours, mais est critique et nécessite un engagement continu et étroit des partenaires dans le pays; et une assistance technique supplémentaire, lorsque des conseils techniques supplémentaires et une assistance programmatique sont nécessaires. Le suivi et la surveillance des actions et des résultats sont coordonnés avec les partenaires, les parties prenantes nationales et les équipes pays et sont rapportés par l'intermédiaire de l’ITP.

En ce qui concerne les catégories programmatiques, 67% de l'ensemble des activités de l’ITP se concentrent sur des défis systémiques transversaux, tandis que 33% sont spécifiques à une maladie (voir le diagramme ci-dessous).

Diagramme: Répartition des actions de l'ITP

Par exemple, l'une des actions de l’ITP concernait des partenaires menant une mission conjointe de haut niveau dans un pays pour engager des ambassadeurs et des représentants du gouvernement en ce qui concerne le décaissement d'un engagement national de cofinancement de 30% pour les produits de santé liés au traitement antirétroviral (TAR) et la surveillance biologique. Selon le Secrétariat du Fonds Mondial, cette action transversale, axée sur le plaidoyer politique, a été menée à bien avec la participation des autorités nationales et des hauts responsables d'Expertise France, de l'ONUSIDA, de l'OMS, et du Fonds mondial. Le calendrier de l'ordonnance d’approvisionnement découlant de cette mesure est crucial pour atteindre les cibles nationales prévues en 2017 pour l'accroissement des TAR.

Un autre exemple concerne les efforts propres à une maladie où, dans un autre pays, l’ITP a servi de catalyseur dans le lancement d'une campagne de distribution de masse, devant répondre à un calendrier, de moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée. Avec l'appui des partenaires de l'Alliance pour la prévention du paludisme, en association avec l'Initiative pour le paludisme du Président des États-Unis, des consultants experts ont été envoyés sur le terrain dans les 10 jours après que cette action a été priorisée et l’assistance nécessaire a été apportée aux acteurs concernés pour démarrer les activités et lancer la campagne de masse sans délai. Le Secrétariat a déclaré à Aidspan que cette action avait entraîné une réduction notable du risque programmatique, ainsi qu'une augmentation significative de l'absorption pour la période se terminant en juillet 2016. La réponse rapide et coordonnée des partenaires, facilitée par l’ITP, a contribué à limiter l'exposition de la population au paludisme pour l'année à venir.

Les partenaires de l’ITP ont élaboré un cadre de responsabilisation mutuelle pour le projet. Le cadre définit la portée générale, les délais et la fréquence des rapports, ainsi que la structure de gouvernance et de direction et les critères de sélection des pays.

Le projet comporte un élément de suivi qui comprend les « indicateurs principaux » suivantes: progrès des actions; taux d'achèvement des actions; et niveaux de coordination et de collaboration active en ce qui concerne la fourniture d'une assistance technique aux parties prenantes. D'autres indicateurs comprennent le suivi de l'impact sur les indicateurs financiers et programmatiques où l’ITP contribue et complète le travail des équipes nationales du partenaire. Les progrès concernant les indicateurs de base sont recueillis et communiqués sur une base mensuelle, alors que les progrès concernant d'autres indicateurs sont présentés sur une base trimestrielle et semestrielle.

Aujourd'hui, les partenaires continuent de se concentrer sur les actions prioritaires, dont 50% ont déjà été réalisées, et sur l'intégration des résultats et des leçons tirées de l’ITP dans un partenariat renforcé axé sur la qualité, les résultats et l'impact du programme.

S'appuyant sur la dynamique actuelle créée au cours de la phase de projet de l’ITP, les partenaires et les acteurs du pays explorent collectivement les moyens d'évoluer de « la mise en œuvre » à « l’impact ». L'objectif commun de maximiser l'impact au niveau national sera essentiel pour (a) un dialogue au niveau national et (b) un soutien au niveau central pour répondre aux besoins d'assistance technique et renforcer la responsabilisation mutuelle.

Après le projet ITP, le Fonds a pour objectif d'apprendre et de maintenir ce qui a bien fonctionné, tout en transformant les éléments qui reflétaient davantage une « approche de projet » en un modèle durable. Le retour initial des parties prenantes au projet a permis d’identifier les thèmes suivants: Coordination; Transparence; Assistance technique et Reddition de comptes. Dans le cadre de ce thème, le Fonds cherche à maintenir la coordination, la transparence et la reddition de compte mutuelle sur l’orientation de l’assistance technique, pour passer d’une vision où l'accent est mis uniquement sur la mise en œuvre à une autre tournée vers le développement de capacité à long terme. En ce qui concerne le deuxième thème du Cadre de soutien technique, les parties prenantes ont identifié la nécessité de maintenir un cadre complet, y compris l'identification de la demande, l'appariement des approvisionnements et le suivi des résultats. Pour le dernier thème sur l’appropriation des pays, les intervenants ont estimé qu'il devrait y avoir un niveau accru d'implication des pays dans l'identification de la demande d'assistance technique et la surveillance de la mise en œuvre.

Les informations contenues dans cet article ont été obtenues du personnel du Secrétariat du Fonds mondial.

 


Share |
Leave a comment