Engagement renouvelé de la Fondation Ecobank envers le Fonds mondial

4. NOUVELLES
9 Nov 2016
La Fondation promet une contribution de trois millions de dollars sur trois ans lors de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial

La Fondation Ecobank a renouvelé son partenariat avec le Fonds mondial en annonçant une contribution d'une valeur de trois millions de dollars sur trois ans, lors de la Conférence de reconstitution du Fonds qui s’est tenue en septembre, à Montréal, au Canada, et dont Aidspan a déjà fait état.

 

Soulignant l'importance de son partenariat avec le Fonds mondial, Ecobank a profité de la Conférence pour relancer sa Fondation lors de la reconstitution par un événement de haut niveau et une campagne de marketing ciblée.

 

Au cours des trois dernières années, la Fondation Ecobank a rempli son engagement antérieur qui comprenait une combinaison de financements en cash et de services en nature sous la forme de sessions de formation destinées aux organisations bénéficiaires du Fonds mondial. Les formations sont destinées à aider les récipiendaires à améliorer leurs compétences en matière d'évaluation de la gestion des risques, de budgétisation et de comptabilité, entre autres. Cette combinaison était également évaluée à trois millions de dollars.

 

Dans le nouvel accord, la Fondation s'est engagée à développer son partenariat actuel avec le Fonds mondial en une « plate-forme d'engagement et de plaidoyer pour les organisations et les individus qui partagent la même vision, celle d'accélérer la transformation de l'Afrique », selon le communiqué (en anglais) de la Fondation. Julie Essiam, PDG de la Fondation Ecobank, a déclaré dans son discours d'annonce de la nouvelle entente, que l'engagement continuerait à aider les bénéficiaires du Fonds mondial à développer leur capacité de gestion financière.

 

« Cela s'appuie sur les compétences de base d'Ecobank pour s'assurer que les ressources disponibles améliorent efficacement la condition des communautés », a-t-elle déclaré.

 

Le Fonds mondial a indiqué sur son site (en anglais) que les formations tenues dans le cadre de l'engagement de la Fondation pour une période de trois ans ont permis d’améliorer les demandes de subvention ainsi que les processus de mise en œuvre et d'évaluation.

 

« Le partenariat est unique en raison de son origine africaine: une institution panafricaine a invité une organisation mondiale à s'associer pour résoudre les problèmes auxquels nous faisons face sur le continent », a déclaré (en anglais) Ade Ayeyemi, Directeur général du groupe Ecobank, sur le site web de la société. « Ce n'est pas une solution importée, mais une solution développée localement. »

 

La première série de formations a particulièrement bénéficié aux organisations du Nigeria, du Sénégal et du Soudan du Sud. Il est maintenant prévu d’étendre ces formations.

 

« Ce qui a été fait au Sénégal, au Nigeria et au Soudan du Sud est modulable », a déclaré Mme Essiam. « Nous devons continuer à travailler ensemble pour aller plus loin et à temps. »

 

Favoriser le développement de l'Afrique

 

Ecobank s’est établie à Lomé (Togo) en 1988 et a été l'une des premières banques à être détenues et gérées par le secteur privé africain. Elle est présente dans 36 pays africains. La Fondation est appuyée par une partie des bénéfices d'Ecobank, après impôts.

 

Mme Essiam a déclaré que, en raison de sa position unique en Afrique, la Fondation essayait de se concentrer sur l'aide dans les domaines qui sont les plus susceptibles d'encourager le développement du continent.

 

« Lorsque Ecobank et le Fonds mondial ont conclu un partenariat pour faire avancer la transformation socio-économique de l'Afrique, nous avons tous deux reconnu que la santé est un élément clé de la prospérité, surtout quand elle n'est pas affectée par le VIH / sida, la tuberculose et le paludisme. » a-t-elle déclaré. « Nous travaillons ensemble pour aborder l'un des problèmes fondamentaux à résoudre, de notre vivant, pour améliorer la condition des africains et les autonomiser. »

 

Outre les contributions en espèces et les services en nature, Ecobank est également un soutien important du Fonds mondial. Le partenariat a valu à Ecobank de remporter, l'année dernière, le prix ‘African Banking’ (en anglais)pour la responsabilité sociale des entreprises de la revue EMEA Finance (en anglais). Cette année, Ecobank a remporté le Prix Euromoney d'excellence pour la meilleure banque en matière de responsabilité sociale des entreprises.

            

Collaborations

 

L'engagement, a rappelé Mme Essiam, souligne la conviction d'Ecobank que les collaborations sont essentielles pour utiliser efficacement les ressources disponibles dans la lutte mondiale pour mettre fin au VIH, au paludisme et à la tuberculose.

 

« Le programme de transformation de l'Afrique est menacé si nous continuons à disperser nos ressources », at-elle déclaré. « Faire équipe, partager, transformer, est notre proposition de valeur ».

 

L'annonce du renouvellement du partenariat avec le Fonds mondial s'inscrit dans le cadre d'un repositionnement plus large de la Fondation Ecobank. Alors que la Fondation reste déterminée à contribuer à l'amélioration du secteur de la santé dans les pays du continent africain, Julie Essiam a déclaré que le réalignement vient de la conviction que « la santé, à elle seule, ne suffira pas à assurer la prospérité ».

 

En conséquence, la Fondation financera également des interventions visant à améliorer l'éducation et l'inclusion financière, avec une attention globale aux questions de genre.

 

Partenariats avec des institutions bancaires

 

Le Fonds mondial s'est associé à des institutions bancaires depuis près de dix ans dans le cadre de sa stratégie de valorisation des compétences et des ressources du secteur privé dans l'accomplissement de sa mission. Par exemple, la Standard Bank en Afrique du Sud s'est engagée, lors de la Conférence de reconstitution, à verser quatre millions de dollars dans le cadre de son engagement de longue date envers le Fonds mondial.

 

Les banques apportent un soutien vital au Secrétariat du Fonds mondial et aux partenaires de mise en oeuvre dans un certain nombre de domaines importants :

 
  • Contribution aux programmes du Fonds mondial. À ce jour, ils ont reçu des contributions directes en espèces et, à l'avenir, comprendront également des campagnes de collecte de fonds conjointes novatrices;

 
  • Fourniture d’informations précieuses et d’expertise pour aider à résoudre les défis communs rencontrés par les partenaires de mise en œuvre dans le monde entier - par exemple, l'application de nouvelles technologies telles que l'argent mobile pour améliorer l'efficacité et réduire les coûts associés aux paiements en espèces dans les zones reculées;

 
  • Financement de programmes de formation et de mentorat pour améliorer les capacités de gestion financière des partenaires d'exécution, leur permettant d'optimiser leur performance et leur impact. À titre d'exemple, un programme financé par Ecobank, entrant dans sa troisième année, a soutenu près de 20 partenaires d'exécution au Sénégal, au Soudan du Sud et au Nigeria (portefeuilles de dons dans les trois pays d'un montant total de 2,1 milliards de dollars); et

 
  • Mobilisation des employés, des clients et des réseaux de partenaires afin de soutenir les initiatives de plaidoyer et de rayonnement en faveur de la mission du Fonds mondial.

 

Patrik Silborn, Directeur du Département Engagement avec le secteur Privé du Fonds mondial, a déclaré: « On ne saurait trop souligner l'importance du secteur bancaire pour le Fonds mondial. En tant qu'institution financière proprement dite, le Fonds mondial bénéficie grandement des ressources et des connaissances de nos précieux partenaires bancaires, tout en leur permettant de contribuer efficacement à la santé et à la prospérité des communautés où elles opèrent. »

 

Outre Standard Bank et Ecobank, des partenariats sont en cours de développement avec des institutions bancaires d'autres régions. Le Fonds mondial participe également de manière significative à l'ensemble de l'industrie des services financiers, par le biais de partenariats avec le réassureur Munich Re et le gestionnaire mondial d'actifs alternatifs Duet Group, entre autres.

 

Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment