Changer de paradigme pour mettre fin à la tuberculose

6. NOUVELLES
25 Jul 2019
L’engagement communautaire pour mettre fin à la tuberculose en Afrique de l’Ouest et du Centre

le dépistage précoce des cas : identifier les personnes susceptibles d’avoir la tuberculose ou particulièrement vulnérables à la maladie et les référer aux centres de santé ;

  • l’appui au traitement : s’assurer que les personnes ayant besoin d’un traitement le reçoivent, le mènent à bien entièrement et se font régulièrement surveiller ;
  • la prévention : enseigner aux malades comment réduire les facteurs de risque propices à la propagation de la maladie ;
  • la lutte contre la stigmatisation des malades tuberculeux.

 
La stratégie communautaire en Côte d’Ivoire est basée sur deux acteurs principaux : les agents de santé communautaire (ASC) coach et les ASC de base (polyvalents). Les ASC coach, appuyés par l’équipe TB des ONG sous-sous bénéficiaires, peuvent encadrer 5 à 10 ASC de base qui travaillent en zone rurale et péri-urbaine. Leur prime de motivation est calculée sur la base de la charge de travail attendue (nombre de patients TB et taux de perdus de vue et de décès) dans leur zone d’intervention Les ASC polyvalents de base se trouvent au niveau plus périphérique de la pyramide sanitaire.

Il faut souligner que, selon les Directives opérationnelles, l’engagement des anciens malades guéris de la TB (à travers la promotion de la charte des patients pour les soins antituberculeux) est recommandé et appliqué en particulier en zone urbaine.   
 
Cette stratégie, dont la forte collaboration avec le Programme National de lutte contre la Tuberculose constitue la base, a contribué à l’amélioration des résultats nationaux en termes de notification et de réduction du taux de perdus de vue comme montré dans les figures 1 et 2.

 

 

Figure 1. Notification de la TB (nouveaux cas et rechutes) en Côte d’Ivoire

 

 

Figure 2. Taux de perdus de vue en Côte d’Ivoire

La contribution communautaire à la notification au niveau national est passée de 12% avant 2016 à 24% en 2018. En Côte d’Ivoire, la proportion des cas de TB détectés par les ASC parmi les populations clés (sujets en contact étroit, détenus, PvVIH, habitants des quartiers précaires, usagers de drogue, mineurs) est passée de 37% en 2016 à 83% en 2018.  

En conclusion, l’expérience positive de la Côte d’Ivoire et la mise en œuvre du réseau DRAF-TB sont des exemples qui témoignent du changement de paradigme en Afrique de l’Ouest et du Centre. Ce changement s’accompagne d’approches innovantes comme celles décrites ci-dessus et la volonté d’engager la société civile pour mettre fin à la tuberculose selon les Objectifs de développement durable.

 

Ressources additionnelles:

  1. Stop TB Partnership. Communities, Human Rights and Gender (CRG). http://www.stoptb.org/communities/

  2. Stop TB Partnership. International Human Rights Clinic, University of Chicago Law School Kenya Ethical, Legal Information Network for HIV (KELIN). THE NAIROBI STRATEGY: A HUMAN RIGHTS-BASED APPROACH TO TUBERCULOSIS.http://www.stoptb.org/assets/documents/communities/Nairobi_Strategy_WEB.PDF

  3. WHO. Empowering communities to end TB with the ENGAGE-TB approach. https://www.who.int/tb/areas-of-work/community-engagement/en/

  4. The Global Fund. Best Practices on TB Case Finding and Treatment: Reflections and Lessons from West and Central Africa and Beyond September 2018 Geneva, Switzerland. https://www.theglobalfund.org/media/8273/core_wca-tb-best-practices_technicalbrief_en.pdf?u=636963587940000000

  5.    www.draftb.org

 


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment