Après des mois de retard, l’accord-cadre pour les subventions du Pakistan est prêt à être signé

18 Feb 2016
Les subventions existantes ont été prolongées pour permettre aux décaissements de ne pas être interrompus

Après un retard d’environ six mois, l’accord-cadre pour les subventions du Fonds mondial au Pakistan va enfin être signé.

D’après le nouveau modèle de financement, chaque pays doit signer un accord-cadre qui détaille les termes et les conditions pour toutes les subventions du pays en question. Ensuite, des documents de confirmation sont signées séparement pour chaque subvention approuvée par le Fonds mondial.

Selon un article dans The News International, le Fonds mondial a fourni le texte de l’accord au Pakistan en août 2015. Plusieurs ministères ont exprimé leurs préoccupations concernant des clauses relatives à l’exemption de taxes, le blanchiment d’argent, l’accès à l’information et les droits de l’homme.

D’après les informations de l’OFM, le Fonds mondial a accepté d’effectuer des changements dans la formulation des clauses qui n’ont pas modifié leur substance, mais le retard a continué. 

The News International affirme que le Fonds mondial a dit au Pakistan que si l’accord cadre n’était pas signé d’ici la mi-février, le pays ne recevrait plus d’argent. L’OFM n’a pas pu confirmer si un tel ultimatum a été posé.

L’allocation totale du Pakistan pour 2014-2016 était de 255 millions de dollars. Le Conseil a approuvé le financement à hauteur de 41,2 millions de dollars pour deux subventions paludisme en mars 2015 et le financement à hauteur de 138,8 millions de dollars pour deux subventions TB en juin 2015. Une subvention VIH et une subvention RSS sont actuellement en cours d’octroi.

Pour pallier ces retards, les subventions existantes ont été prolongées pour garantir que les décaissements ne soient pas interrompus. Le Fonds mondial affirme qu’il n’y a pas eu d’impact négatif sur les services.

L’article du quotidien pakistanais cite le directeur du programme de lutte contre le SIDA, Dr Baseer Achakzai disant que « plus de 350000 patients VIH ont un besoin urgent de continuer leur traitement au Pakistan. C’est donc avec un soulagement immense de voir que les parties concernées sont parvenues à un accord sur le fait que la signature de cet accord était nécessaire ».

Le chiffre mentionné est incorrect. Au Pakistan, il y a 6300 patients sous antirétroviraux, un chiffre censé atteindre 12 000 (9% du total de personnes vivant avec le VIH estimé à 137 000), lorsque la subvention sera totalement mise en œuvre. Le chiffre de 350 000 pourrait correspondre au nombre de personnes recevant un traitement contre la TB.

Share |

Leave a comment

Leave a comment